mardi 5 juin 2012

LENINE McDONALD (2012) par Rockin-JL



Une pochette apocalyptique, un nom bizarre, qu'est ce qu'il nous a encore déniché là Rockin?

C'est vrai que je me suis aussi  posé la question en mettant la main sur ce disque et que je ne savais pas trop où je mettais les oreilles en l'acquérant. Incertitudes vite balayées à l'écoute de cet OVNI devenu depuis inséparable de mon lecteur CD.
On continue en musique avec "Cruelle et belle", plage 3:







Lenine McDonald

Lenine McDonald, ce musicien ne m'était pas  inconnu puisqu'il fut, en tant que bassiste, des débuts de l'aventure Jésus Volt, ce groupe français  qui jeta un pavé dans la marre début des années 2000 en triturant ce bon vieux blues, à coups de rock et d'électro, au risque de faire hurler les puristes. Après 3 albums McDonald quitte le groupe en 2007 pour se lancer dans ce projet solo qui lui tenait à coeur. Évidement quand on choisit un  nom de scène comme Lenine McDonald, on est un homme de paradoxe, entre révolution russe et impérialisme américain, entre l'eau et le feu. Entre racines blues et chanson française aussi puisque notre ami se donne pour mission de "réconcilier Gainsbourg et Muddy Waters". Ces deux-là sont ils vraiment fâchés d'ailleurs ? Après tout, le blues regorge de sous entendus salaces, un point commun avec notre Gainsbarre national... Pour ce projet il s'est entouré du guitariste de... Jésus Volt, Jacques El Tao, de celui de Bo Weavil, Boogie Matt,  de Virginie Bianchini (choeurs, claviers, chant) et Stéphane Glory (batterie sur 2 titres), Lénine étant à la basse, au chant et aux progs.
Jacques El Tao

D'entrée "Petite muse" nous étonne  avec cette poésie parlée posée sur un vieux blues  à la Sonny Boy Williamson II ("help me") avec une (toute) petite touche d'électro ; ce cocktail me fascine et me donne envie de me ruer sur la suite. Qui est le trop court "O navio Negreiro" chanté par Mestre Branco, un brésilien chanteur de capoiera, suivi de "Cruelle et belle", superbe titre avec ses chœurs ; qui ne ressemblent pas vraiment à des "work songs" comme j'ai pu le lire  mais bien à des chants d'Amérique du Sud ou du Cap Vert, dans une ambiance qui me rappelle  Lavilliers, celui de "Sertao" avec ses congaceiros... D'ailleurs on retrouve sur ce titre Branco qui joue du berimbau, un instrument à cordes brésilien. Avec un gros beat et de beaux éclairs de guitare de Mr El Tao on tient là un super titre. ("Entendez vous ce coeur qui bat comme un vieux blues du delta ?" )
Ensuite "Donne moi des ailes" et ses paroles torrides ne peut qu'évoquer Gainsbourg, avec dans le rôle de Jane Birkin ou BB la voix féminine de Virginie Bianchini.
Vous avez dit Gainsbourg ? Le voici avec cette belle reprise de "Sorry Angel" qu'aurait certainement aimé l'homme à la tête de choux..
un peu d'art, c'est bon pour l'audimat..

Puis "l'origine du monde", intéressante variation autour du tableau du même nom de Gustave Courbet (ci contre), intro bluesy, beat profond presque swamp blues, paroles  coquines et mystérieuses, "tu dévoiles mon ange une beauté qui dérange/ innocente pudeur/ le miroir de nos peurs".
"Tu me manques"  m'a un peu fait peur au début avec son début hip hop mais est sauvé par un final plus rock alors que le bien nommé "Pleine lune" nous emmène à la rencontre des esprits vaudou avec des bruitages crépusculaires, il y a du Dr John là dessous...
Après la poésie parlée "Ces presques riens" vient "Etre humain", un des temps forts de l'album, qui débute en blues chaloupé, swingant,  dobro  pour El Tao, harmo pour Virginie,  pour finir en blues rock, portant une belle chanson pour ne rien gâcher.
On termine avec "Serons  nous libres", bon blues rock  avec Mr Bo Weavil à l'harmo.

Conclusion: Pas si facile à cerner ce skeud, avec le  blues en toile de fond mais aussi saupoudré de poésie, de rock, de chanson française, une pincée d'electro, de capoeira, de vaudou, une larme de Sonny Boy ou de Muddy Waters, un soupçon de Lavilliers, de Higelin, de Bashung, de Yves Simon, de Bohringer... Le mélange était casse gueule mais le résultat est un disque simplement formidable, un de mes gros coups de cœur de l'année, mais qui demande plusieurs écoutes avant de s'offrir pleinement à son auditeur tant il regorge de surprises. En effet ce McDonald ne sert pas de la musique fast food pré-digérée. D'ailleurs le seul reproche qu'on pourrait lui faire c'est de faire une musique trop intelligente pour toucher un large public, les plateaux de TF1 et les groupies* de Christophe Maé lui sont à jamais bannies et en un sens tant mieux. De toutes façons je parie qu'il s'en fiche bien. C'est le prix à payer du talent, le pacte de Robert Johnson au Crossraods ( lire ici )... et puis le statut d'artiste génial et underground est-il moins enviable que celui de vendeur de soupe a(ci)dulé(e) de zombies lobotomisés ? Vaste débat... (Je ramasse les copies dans 2 heures...)

*moi en revanche les groupies je veux bien, onglet "contact" du blog...

(Merci à Agathe Kipienne pour les photos, je vous invite à passer par son site, vous y trouverez de superbes clichés de concerts, de Black Country Communion dont nous parlait récemment Bruno par exemple mais aussi Purple, Higelin, Motorhead et bien d'autres. agathekipienne.com )







un petit morceau en  live pour la radio Route66, "petite muse" :
         
       

8 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Cat foirien.5/6/12 11:17

    en fait, monsieur Stojkovic, n'a pas retenu grand chose de la chronique de Rockin!! pas la peine de se donner du mal...

    RépondreSupprimer
  3. pat slade5/6/12 11:44

    Comme tu dis : "Pas facile à cerner" bon guitariste ,le chanteur à sa manière de déclamer ,me ferais plus penser à grand corps malade ( avec une voix moins grave ! )sur un fond de blues qui sonne un chouïa à la Paul Personne .
    Mais je vais approfondir l'écoute !! Groupe qui ne demande qu'a être connu ! merci pour la decouverte !
    Je rajouterais que l'allusion de Mr Stojkovic est un peut déplacè par rapport à la chronique !

    RépondreSupprimer
  4. Lolo Queenlolo5/6/12 11:54

    L'allusion de Stojkovic ne mérite même pas le détour.
    Surtout après une chronique aussi bien rédigée.

    RépondreSupprimer
  5. Sonia de Guéméné5/6/12 14:53

    j'vous avais prévenu m'sieur Rockin! le poster, il est très bien dans vot' bureau, mais fallait pas le publier dans la chronique. y a pas que des intellos parmi les lecteurs.

    RépondreSupprimer
  6. Ah, Alex, merci d'avoir sucré ta réplique toi-même (ça nous a évité de le faire !!) et merci à tous ceux qui ont justement réagi. Alex, pour te faire pardonner, je te propose 1200 mots sur le film de ton choix, à paraitre sur le Déblocnot, quand tu veux ! Chiche ?

    RépondreSupprimer
  7. rentrant à l'instant j'ai raté la remarque qui a fait tant de bruit.. (bonne idée Luc). Et merci à tous pour votre passage..

    RépondreSupprimer