mercredi 5 décembre 2012

Michael LANDAU "Organic Instrumentals" 2012 (par Bruno)




Michael Landau reste un guitariste inconnu dans nos contrées. Pourtant ce californien a une carrière qui débute dans les années 80. A seize ans, il commence à jouer dans les clubs de L.A. Peu de temps après, il part en tournée sur la côte ouest avec Robben Ford et avec Jimmy Haslip, deux grands musiciens qu'il retrouvera plus tard en formant Renegade Creation, et Russel Ferrante. A dix-neuf ans, première tournée international avec Bob Scaggs.



Il manqua le coche le jour où Steve Lukather lui souffla la place de guitariste au sein de Toto. En revanche, plus tard, Steve le recommanda en tant que musicien de studio. A seulement vingt ans (ou pas tout à fait), il débute donc une carrière de mercenaire. La pluri-discipline de l'homme est appréciée, et les séances se multiplient. Il part même accompagner en tournée des artistes aussi divers que 10CC, Miles Davis, B.B. King, James Taylor, Rod StewartJoni Mitchell (1), Seal, Steve Perry, Richard Marx, ou Pink-Floyd. En 1989, il sort son premier lp solo ("Tales from a Bulge", disque instrumental de jazz-fusion avec une pléiade d'invités de luxe), puis est associé au Kazima où officie Nathan East, David Garfield, Luis Conte et Steve Lukather (plus quelques guest).

Au début des années 90, il monte un groupe de Heavy-rock avec son frérot Teddy (et Calors Vaga aux drums et David Freeze vocals) à la basse, Burning Water (4 CD). Puis, toujours avec le frérot, enchaîne avec Raging Honkies (un power trio rageur annoncé comme le mariage entre Hendrix et Nirvana - 2 CD -) avec Abel Laboriel Jr. aux baguettes. Deux groupes fort appréciés par la presse spécialisée (notamment les mags de grattes), la côte ouest des USA et le Japon, mais rien de suffisant pour générer un succès mirobolant. De toute façon, Mike n'en a cure. L'homme n'a jamais eu un plan de carrière quelconque.
En 1994, pour l'ensemble de son travail, il est élu meilleur guitariste de studio par les lecteurs de Guitar Player (Le magazine de guitare US - distribué même en france pour les anglophiles).
Mike Landau est un orfèvre des sons de guitare. Tout y passe et on l'imagine avec un attirail impressionnant de diverses pédales, amplis et grattes de toutes sortes (sa villa est un cafarnaüm de matos, une véritable caverne d'Ali Baba où sont entassés toutes sortes d'amplis et de grattes, vintage ou pas, customisés ou pas). Ses disques sont un régal pour les fondus de six-cordes où des sons multiples s'entrechoquent, mélangeant savamment différentes techniques et obédiences musicales.
En 1999, avec le combo Stolen Fish, il se frotte au Rock alternatif avec deux opus à l'actif.

de G à D : Teddy Landau, Michael et Gary Novak

Avec « Organic Instrumentals » (le cinquième sous son nom), Landau est à cent lieux de ce qui a fait sa notoriété dans les 90's. Ici, point de big-rock ou de guitares grasses et offensives. Mike fait plutôt dans le dépouillement et une relative simplicité, recherchant plus à restituer une atmosphère, généralement éthérée et un peu sombre que des instants d'explosion rock'n'roll ou blues-rock. Ainsi on navigue souvent dans des eaux où se côtoient dans une entente cordiale le jazz, le blues, le rock californien, et même la surf-music parfois. Les amateurs de sensations fortes n'y trouveront pas leur compte, tout comme ceux qui associent instrumentaux et délires guitaristes. C'est très posé, même si, de temps à autre, Mike fout un coup de pied dans la fourmilière en faisant péter les watts sans prévenir.
Pourtant, c'est fort. Il y a une maîtrise rare et une subtilité dans les bends, les glissando, les vibratos.
Le premier titre est d'autant plus surprenant qu'il est basé sur des arpèges glissés sur une acoustique dont la simplicité donne à penser qu'il ne s'agit que d'une intro, or il n'en est rien, si ce n'est le break qui, un fort court instant, laisse croire à la venue de quelque chose de plus nerveux. La suite est, heureusement, plus élaborée et bien moins léthargique, même si l'on reste sur des rythmes assez lents, et une orchestration très aérée. A noter, un superbe « Big Sur Howl » feutré, embellit par la trompette de Walt Power.
Quelques titres, à l'approche foncièrement jazz, avec accords et chorus déstructurés, peuvent heurter les esgourdes de rockers endurcis.
Andy Hess, (Black Crowes, John Scofield, Gov't Mule, Michael Lee Firkins), est venu se joindre à la partie sur trois pièces.
En dehors de son activité de mercenaire, Mike a toujours joué la musique qu'il voulait, sans se soucier le moins du monde de quelconques retombées pécuniaires. Cet album, qui n'a strictement rien de commercial, le prouve. Il n'a jamais eu de plan de carrière précis. Il a d'un côté le travail alimentaire en tant que mercenaire (qui peut être lucratif), et de l'autre la musique juste pour le plaisir ; sans prise de tête.

"Mates un peu mes effets. Et encore, là cette juste le minimum syndical pour les derniers gigs"

Michael, dans sa longue carrière, a déjà fait le tour des soli incendiaires, (qu'il continue à perpétuer au sein de RENEGADE CREATION ), et s'offre ainsi une récréation avec cet opus, pour jouer quelque chose de plus simple et d'essentiel que ce qu'il avait réalisé jusqu'à présent.
A écouter le soir, toutes lumières éteintes, dans le recueillement.

Entre Larry Carlton, Jing Chi, Michael Lee Firkins (lorsqu'il met de côté ses pulsions Heavy), Scott Henderson, Steve Howe, Ronnie Montrose (albums « Open Fire » et « Territory »), et le Joe Satriani éponyme. Parfois, l'ombre d'Hendrix plane également en arrière-plan. Une influence majeure ; Mike dit avoir appris à jouer en écoutant "Axis : Bold As Love".


    1. Delano  -  5:03
    2. Sneaker Wave  -  3:34
    3. Spider Time  -  7:42
    4. The Big Black Bear  -  5:50
    5. Karen Melody  -  5:24
    6. Ghouls and the Goblins  -  7:13
    7. Big Sur Howl  -  6:16
    8. Wooly Mammoth  -  7:41
    9. Smoke  -  3:32
    10. The Family Tree  -  3:08

(1) Pour la petite histoire, Mike à travaillé sur trois de ses albums et partait en tournée avec elle. Avec le backing band, il prenait un malin plaisir à retravailler les arrangements afin de donner une tournure plus rock aux chansons, sans avertir évidemment Joni Mitchell. La réaction de la dame faisait alors marrer (en douce ?) toute la bande ; cependant, après en coulisse, c'était la grosse engueulade.






Bon, "I'm Buzzed " ne fait pas partie de ce disque (sur le 1er opus "Tales From the Bulge"), mais il fallait que je présente cette vidéo, rien que pour la prestation de Gary Novak qui allie swing et énergie avec une maestria étonnante. 









Article paru initialement dans le journal BCR (n° 30 de Septembre 2012)


2 commentaires:

  1. belle découverte. merci Bruno.

    RépondreSupprimer
  2. Je confirme. Moi qui ai un faible pour la musique instrumentale (dans tous les genres...)
    Et puis à léthargique, je substituerai lascif... Quel flamboiement de sonorités......

    RépondreSupprimer