mercredi 10 juillet 2013

SHOOTER JENNINGS "Family Man" (mars 2012) by Country-Bibi


Back to the Country

     Un goût prononcé pour les guitares et les amplis graisseux qui a souvent contribué à muer sa Country en Rock-sudiste (de qualité), flirtant même parfois avec un Heavy-rock de bon aloi, millésimé 70's, plus un look mi-biker, mi-rocker pro-sleaze, ont contribué à faire de Shooter un trublion, un authentique outlaw de la Country-music. Un irrévérencieux qui n'a que faire des codes de Nashville. (A ne pas comparer pour autant avec Hank William III, qui lui est plutôt Country à la sauce psychobilly mâtiné de punk).



     Fils de Waylon Jennings et Jessi Colter, Waylon Albright "Shooter" Jennings débute la musique professionnellement en fondant un groupe de Rock Sudiste musclé, Stargunn, (il appréciait alors beaucoup Gun'sn'Roses et AC/DC) avant de redécouvrir la Country, et de décider de faire machine arrière et de s'adonner à la musique qui a bercé son enfance. Sans néanmoins oublier le son des guitares saturées. Chose qui lui vaudra la désapprobation des gardiens du temple.

     Avec « Family Man », Shooter ne fait pas exception à sa règle. Néanmoins, il est moins mordant que « The Wolf » ou « Electric Rodeo » (en laissant de côté « Black Ribbons », qui est plutôt une participation à une étonnante aventure parallèle avec Stephen King).  
      L'absence de Leroy Powell (1) qui est parti voler de ses propres ailes avec ses Messengers et donner récemment un coup de main à Whiskey Myers (2), peut manquer aux amateurs de sensations plus fortes. On regrette que sa six-cordes ne soit pas là pour trancher dans le lard avec quelques riffs gras et des chorus corrosifs.


     Toutefois, et fort heureusement, ce disque n'en demeure pas moins de fort bonne qualité. Le contraire aurait relégué Shooter au rang de prête-nom de luxe, ce qui serait une hérésie.
     Avec « Family Man », il revient donc à une Country relativement plus conventionnelle.
Shooter produit lui-même l'album et a monté un nouveau groupe: The Triple Crown. C'est le retour en force de la pedal-steel, des chœurs féminins bien dans la tradition, et surtout d'un orchestre plus fourni, avec piano, mandoline, harmonica, violon (fiddle).

     Shooter Jennings reste lui-même, il ne renie pas son passé ; il n'en a aucune raison. En conséquence, il ne peut s'empêcher, occasionnellement, de reprendre sa Fender Telecaster pour plaquer quelques accords virils.
« Southern Family Anthem » a même de faux airs de « Sharp Dress Man » des barbus texans.

Un album qui pourrait peut-être rabattre le caquet à tous ceux qui le disent incapables de jouer de la vraie Country, car même dans le traditionnel, Shooter Jennings démontre qu'il est capable de pondre de fort belles pièces qui n'ont rien à envier aux classiques (« Summer Dreams » et « Daddy's Hands » devraient logiquement charmer les amateurs les plus difficiles).

     Et dans le Country blues bastringue, avec « The Family Tree » entre traditionnel, Dylan, Stones et les Faces, il bouscule pas mal de prétendants.
A noter le concours de Tom Morello sur l'excellent « The Long Road Ahead » qui n'aurait pas déplu à Steve Earle. Une présence que l'on pourrait croire incongru si on oublie que le leader de R.A.T.M et Audioslave est également fan de Country, et notamment de Woody Guthrie.

Un album qui semble avoir été écrit en hommage à sa vie de famille (apparemment épanouie) dont le thème revient assez souvent.

A ce jour, son album le plus ouvertement Country, et celui qui le rapproche, le plus, de son défunt père, Waylon.
Une entreprise réussie car, pour l'instant, "Family Man" est son album le plus vendu aux USA - classé dixième aux USA parmi les disques Country, et dixième par les disques de Rock indie -.


  1. The Real Me - 4:19
  2. The Long Road Ahead - 3:58
  3. The Deed + The Dollar - 4:01
  4. Manifesto N°4 - 3:11
  5. Summer Dreams (AL's Song) - 3:11
  6. Southern Family Anthem - 3:23
  7. Daddy's Hands - 3:06
  8. The Black Dog - 5:00
  9. The Family Tree - 4:24
  10. Born Again - 5:35









(1) Leroy POWELL & The Messendgers "Atlantis" ( lien)
(2) Whiskey Myers "Firewater" (2011) ( lien)
(2) Whiskey Myers "The Road of Life" 2008 ( tu "clic" dessus quoi)

Article paru initialement dans la revue BCR

3 commentaires:

  1. Salut! Y'a vraiment que le Debloc pour trouver un type qui s'intéresse à Shooter Jennings! J'aime bien cet artiste, (quand on est fan de Steve Earle, on peut pas faire autrement). Je l'ai découvert avec "Put the O back in country" (2005),excellent avec 4 bonus live tracks absolument réjouissant!Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une petite préférence pour "Electric Rodeo" qui est... plus électrique (!).
      Avec Leroy Powell.

      Supprimer
  2. Ah ben tiens! j'ai fait un comm sur Amazon du premier Shooter Jennings, j'avais oublié!

    RépondreSupprimer