vendredi 22 novembre 2013

DE L'OR POUR LES BRAVES de Brian G. Hutton (1970) par Luc B.



DE L’OR POUR LES BRAVES fait partie de ces films formidables qu’on a tendance à oublier, au profit de titres plus célèbres, qu'on aime à avoir à portée de main un dimanche de pluie, ni "classique" ni chef d’œuvre, un peu comme VERA CRUZ, ou LE FLIC DE MON CŒUR (cliquez pour relire THE BIG EASY). L’histoire se passe en 1944, après le débarquement en Normandie. Une division américaine est aux abords de Nancy, affronte les allemands, qui maintiennent la zone sous contrôle. Les américains reculent… sauf une poignée de soldats, menée par Kelly (Clint Eastwood, mâchoire serrées et regard sombre) qui a d’autres projets. Ayant fait prisonnier un colonel allemand, il obtient de lui une info en or : la présence de 14 000 lingots, planqués dans une banque, 40 km derrière les lignes ennemis. Kelly fait jouer son réseau, se trouve du matériel, des hommes, des complicités, et fonce réaliser son casse… (une intrigue reprise pour LES ROIS DU DÉSERT avec George Clooney, transposée en Irak).

A la fin des années 60, Clint Eastwood est un acteur qui compte aux yeux du public comme des studios, grâce à ses collaborations avec Sergio Leone – trois westerns tournés en Europe, qui ont renouvelé le genre et fait de l’acteur une star – et des films sensation aux USA, PENDEZ-LES HAUT ET COURT (Ted Post), UN SHERIF A NEW YORK (Don Siegel). Eastwood y interprète des héros ambigus, les premiers d’une longue série. Il accepte cependant de casser cette image avec LA KERMESSE DE L’OUEST, une comédie musicale (et oui ! et il chante !) avec Lee Marvin. Le public accueille favorablement le film et la nouvelle identité de l’acteur. Mais Eastwood ne se voit pas dans ce type de rôle, préfère les anti-héros.

La MGM lui propose un film, que doit réaliser Brian G. Hutton : KELLY’S HEROES, au titre français de DE L’OR POUR LES BRAVES (1970). Eastwood accepte, d’autant qu’il avait tourné avec Hutton un film de guerre l’année d’avant, QUAND LES AIGLES ATTAQUENT, où il jouait avec Richard Burton.

Le générique annonce la couleur. Un film de guerre hollywoodien, en scope, lettrage rouge gothique, fausse intro de musique militaire qui se change en chanson pop : "Burning bridges" ! Brian G. Hutton va marier l’aventure, la guerre, et la satire. On pense immédiatement à M.A.S.H. de Robert Altman. La séquence d'ouverture montre le sergent Big Joe, joué par Telly Savalas, interroger un colonel allemand intercepté, pour lui faire avouer les meilleurs coups de Nancy en termes de petites pépées ! Mention au soldat qui lit le guide Michelin, énumérant les bâtiments Art Nouveau à visiter, devant un Savalas peu porté sur la chose artistique ! Cette première séquence, de nuit, sous la pluie et les bombardements, expose le sujet, le contexte, le plan de l’attaque, tout en présentant les protagonistes, et donne le ton général : un modèle d’efficacité. L’entrée en scène de Oddball Le Cinglé, interprété par le divin Donald Sutherland, est un régal. Il joue le chef d’une unité de chars composée de hippies, qui pour l’heure vivent en communauté sous une tente berbère au milieu du camp militaire !

Oddball, a accroché sur le flanc de ses chars des haut-parleurs pour diffuser de la musique (comme les hélicos d’APOCALYPSE NOW !), surnomme tout le monde « mon mignon », reproche à son pilote (joué par Gavin Mc Leod futur commandant de La Coisière s’amuse !!) « ses ondes négatives », et promet de retrouver à l’heure le reste de la troupe au « pon-pont » ! Ses Sherman tirent des obus remplis de peinture, parce que « ça fait joli »… Dans une certaine mesure, on pense aussi à la bande de pieds nickelés chasseurs de nazis dans INGLORIOUS BASTERDS.
     
Brian G. Hutton nous montre des soldats plus attirés par l’argent que par les honneurs du combat. Kelly obtient ce qu’il veut en brandissant ses barres d’or sous le nez des gens, proposant un pourcentage sur le coup. Et l’opération est un modèle d’organisation, loin des approximations du vrai théâtre de guerre ! DE L’OR POUR LES BRAVES est aussi (et surtout) un excellent film d’aventure, une production qui ne mégote pas sur les moyens (nombreux décors et figurants) avec de nombreuses scènes d’action et de suspens. Comme la traversée du champ de mines, qui fige la bande de Kelly, à découvert, alors qu’une patrouille allemande déboule.

Et bien sûr la dernière phase du plan, l’attaque de la banque, gardée par un détachement, et par trois blindés Tigre. On y parodie les westerns de Sergio Leone (clin d’œil à Eastwood) jusque dans le pastiche musical d’Ennio Morricone (signé Lalo Schiffrin) lorsque Kelly, Oddball et Big Joe descendent une rue, face à un char Tigre prêt à cracher le feu. Un duel qui tourne au deal, dont on ne révèlera rien… Mais la fin est hilarante, avec le général Colt (sic) acclamé par les français libérés, persuadés qu’il s’agit de De Gaulle (pour faire diversion), sur fond de Marseillaise massacrée à la fanfare !
 
Le personnage du général Colt est assez pittoresque aussi, un va-t’en guerre cigare au bec, qui découvre en écoutant les conversations radios, cette percée derrière les lignes allemandes, sans que personne ne soit au courant au QG ! « A quoi sert un officier de transmission s’il n’a rien à transmettre ? » hurle-t-il à la face de son commandant ! Remarquez un capitaine à l'arrière plan qui joue toute sa scène avec des paquets cadeaux dans les bras (c'est bientôt Noël). L’idée géniale du film est là, la percée des héros de Kelly, qui massacrent allègrement du boche dans l’unique but de piquer des lingots et déserter ensuite, que le général Colt prend pour un acte de bravoure. Et il part avec tout son staff sur les lieux, pour féliciter ces grands stratèges !
  
Parmi tous les grands films de guerre de cette période, PATTON, QUAND LES AIGLES ATTAQUENT, LES CANONS DE NAVARONE, TORA TORA TORA, UN PONT TROP LOIN, bref, ces superproductions à grand spectacle aux castings royaux, qui font les beuax soirs de la télé depuis trente ans, DE L’OR POUR LES BRAVES fait office d'exception, de poil à gratter, et tranche nettement. Sans être aussi corrosif que M.A.S.H. ou DOCTEUR FOLAMOUR, privilégiant tout de même l’action et le suspens, c’est le genre de film dont on ne se lasse pas, du p’tit lait, efficace et impertinent.

 

5 commentaires:

  1. "lorsque Kelly, Oddball et Big Joe descendent une rue"... Et si je me souviens bien, pour enfoncer le clou coté western, on entend des bruits d'éperons qui claquent sur le sol alors que les gars sont en treillis.... Peur de rien :o)

    RépondreSupprimer
  2. Karl Otto Alberty comme commandant du tigre avec sa balafre sur la joue droite à vraiment la tête de l'emploi,

    RépondreSupprimer
  3. Big Bad Pete22/11/13 23:06

    Aaaaaaaaaaaaaaah .... Donald Sutherland en roue libre.... que de grands moments !!!

    RépondreSupprimer
  4. The Big easy, très bien aussi. On y voit les Neville Brothers ou les Meters, je sais plus.

    RépondreSupprimer
  5. Oui un grand film qui arrive à intégrer une comédie d'aventure loufoque dans un environnement historiquement réaliste. Petit bémol : tourné en Yougoslavie, les paysages sont très loin de ceux de l'Est de la France où est censée se passer l'histoire.
    JCC

    RépondreSupprimer