mardi 13 juin 2017

ERIC BIBB "Migration blues " (2017)


     Eric Bibb se définit lui même comme un citoyen du monde. Il faut dire que le bluesman né à New York et actuellement fixé en Suède a pas mal roulé sa bosse, de Paris à la Finlande en passant par l'Afrique, il a pu côtoyer différentes cultures.
Artiste engagé qui puise aux sources du blues et de la protest song folk (Woody Guthrie, Leadbelly, Pete Seeger, Odetta, ou son propre père, Léon Bibb 1922-2015)) il a choisi de nous parler dans ce nouvel album d'un sujet d'actualité brûlant au cœur de toutes les tensions: les migrants. Et son discours fait du bien à entendre en ces temps troublés ou les nationalismes s'exacerbent un peu partout : "
La peur et l'ignorance sont des problèmes bien plus que les étrangers. Les réfugiés sont le plus souvent des êtres humains courageux qui tentent d’échapper à l'horreur. Fuir la guerre et d'atroces souffrances a toujours existé dans le monde entier au cours des siècles. Tout cela me fait penser à la grande migration durant laquelle des millions d'afro-américains ont fui la ségrégation brutale et la misère du Sud rural pour les villes industrielles du Nord. Qu'il s'agisse d'un ex-métayer qui fait du stop entre Clarksdale et Chicago en 1923 ou d'un orphelin d'Alep dans un esquif empli de réfugiés, c'est toujours le blues de l'émigration".

     Pour chanter ce blues, notre troubadour a choisi une formule épurée, en acoustique, avec des instruments facile à transporter, à l'instar des musiciens itinérants, pas de piano ou batterie ici, juste Eric (banjo, guitare, chant), accompagné de notre harmoniciste frenchy Jean-Jacques Milteau et du multi instrumentiste Michael Jérôme Browne (guitares, banjo, mandoline, triangle), ces 2 derniers participant aussi à la production. Tout juste Olle Linder vient il en renfort à la basse sur un titre et aux batterie et percussions sur un autre. 15 titres au programme dont deux reprises et pas n'importe lesquelles: le fameux "This land is your land" de Woody Guthrie dans une sublime version guitare- mandoline- harmo et "Masters of war" de Bob Dylan qui s'en prend aux marchands d'armes et autres profiteurs des conflits, plus "Mornin train'", un spiritual traditionnel avec Madame Bibb aux chœurs. Les autres titres sont des originaux de Bibb sauf deux signés du duo MJ Browne et BA Markus et l'instrumental d'inspiration cajun "la vie c'est comme un oignon" de Milteau. 


avec JJ Milteau


     L'ambiance est delta blues rural comme sur "Refugee moan" qui ouvre l'album, cette triste complainte du réfugié qui par train, par mer, ou sur les routes part vers un avenir supposé meilleur ailleurs. "Delta getaway" raconte l'histoire vraie d'un vétéran du blues parti dans sa jeunesse du Mississippi vers Chicago alors que "Diego's blues" évoque les travailleurs mexicains embauchés dans les champs de coton pour remplacer les afro américains partis vers Chicago dans ces années 20.
"Prayin' for shore" rend une émouvant hommage à tous ces candidats à l'exil qui se sont noyés en mer ces dernières années en tentant de rallier l'Europe sur des rafiots, avec Milteau qui fait pleurer son harmo dans un déchirant solo et Big Daddy Wilson en invité au chant .


L’instrumental "Migration blues" est joué sur une guitare à résonateur, celle qu'arbore Bibb sur la photo de couverture. Avec "Four years, no rain" c'est la sécheresse et la guerre qui poussent à l'exil et "We had to move" est basé sur la saga de la famille de James Brown. 

 Dans cet univers plutôt sombre "Brotherly love" apporte une note d'espoir mais nous voila repartis sur la Highway 61, avec un dollar en poche ("With a dolla' in my pocket") . "Postcard from Booker" rend hommage à Booker White (1909-1977), court instrumental joué sur la guitare National du légendaire bluesman, alors que "Blacktop" dégage un parfum gospel.

     Cet album est superbe de bout en bout: qualité des instrumentations, feeling et émotion qui s'en dégagent, textes inspirés: un grand cru d'un grand artiste.
Et comme d'habitude un très beau packaging soigné du label à la grenouille (Dixiefrog) qui propose un copieux livret avec photos, paroles et notes explicatives de l'auteur sur chaque morceau.


ROCKIN-JL



Autres articles / Eric BIBB (liens) :
- "Deeper in the Well" (2012)
-  "Blues People" (2014)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire