lundi 12 juin 2017

Serge GAINSBOURG - Live au Casino de Paris (Edition Super Deluxe 30ème Anniversaire) – par Vincent le Chaméléon



Gainsbarre a la barre 

SERGE GAINSBOURG restera à tout jamais dans le panthéon des très grands noms de la chanson Française à bien des égards. Ce poète-esthète de la langue Française fut notamment l’un des précurseurs des paroles à double sens et du jeu de mot(s) . Et si l’on ne saurait décrire avec exactitude qui se cachait derrière le personnage salace, provocateur, fumeur et alcoolique que celui de GAINSBARRE, l’homme décharné qu’il était devenu dans ses dernières années n’était pas avare en formules pour nous faire comprendre tout ce qu’il avait compris lui-même, depuis longtemps, sur le monde du Showbiz ou plus généralement sur celui de l’art et du spectacle. Tout le monde se souvient par exemple de cette phrase pleine de sens: “J’ai retourné ma veste quand je me suis aperçu qu’elle était doublée en vison”. Puis d’ajouter sur le plateau du jeune Patrick Sabatier ceci. “Quand j’écris un album super chiadé sous mon propre nom, tout le monde s’en fout et les radios l’ignore totalement. “Aujourd’hui, quand j’écris pour d’autres, tous mes morceaux passent sur les ondes et deviennent des N°1”. Allez comprendre quelque chose ! Et quand on voit toutes celles qu’il aura fait chanter durant des années : De France Gall a Brigitte Bardot, en passant par Deneuve, Paradis et Adjani. Que des chanteuses à voix en somme !
Au moment d’investir le CASINO DE PARIS pour 5 semaines à guichet fermé, SERGE GAINSBOURG s’était fait une raison depuis bien longtemps : l’intégrité artistique ne paye même pas le gaz. Et si des disques tels que Mélodie Nelson ou L’homme a Tête de Chou sont maintenant devenus des disques classés au rang de Chefs d’Œuvre de la chanson Française, SERGE GAINSBOURG aura tout de même attendu d’avoir 57 piges pour enfin rencontrer un vrai et complet succès public.
Visionnaire comme il l’aura toujours été, GAINSBOURG s’est vite aperçu que les deux mamelles qui agitent notre pauvre monde depuis mathusalem se nomme “le fric” et “le cul”. Avec un disque au titre sans équivoque tel que Love on the Beat, GAINSBOURG sait qu’en s’attirant les foudres de la censure et de la morale, il va surtout assez instantanément attirer un public tout neuf. Le seul qui achète véritablement les disques : Les jeunes.
Depuis, Love on the Beat, tout comme son successeur et ultime album studio You’Re Under Arrest, sont tous deux passés à la postérité. Il n’en demeure pas moins que 30 ans plus tard, la modernité qui les caractérisait les rend aujourd'hui presque inécoutable. Love on the Beat surtout.
C’est pourtant bien ce disque qui sera à l’origine de l’investiture de SERGE GAINSBOURG (désormais iconique) au CASINO DE PARIS en cette année de 1985. Et a l’inverse de leurs pendant Studio, tous les extraits de Love On The Beat restent tout à fait appréciable dans leur version Live. Débarrassés qu’ils furent de leurs arrangements par trop synthétiques. Ce qui était alors totalement encré dans l’air du temps. 

Dégueu/pas dégeu (les p’tits gars !)

Ce Live, je l’avais d’abord possédé en double vinyle lors de sa sortie. Avec l’arrivée du support CD (la première révolution numérique était alors en marche), j’avais de suite observé que certaines parties originelles avaient été coupées afin de faire tout tenir sur une même rondelle. Ainsi, la magnifique introduction de Tony K en support de “I’M the Boy” se voyait réduite de moitié. L’intro de “Love on the Beat” était-elle totalement absente de cette première édition CD ? Une méthode qui fut très souvent reconduite sur nombre d’autres œuvres et qui aura sans doute conduit progressivement au désintérêt de plus en plus grand des acheteurs du support CD.

Serge et le guitariste Billy Rush
Aujourd’hui, c’est tout l’inverse qui se produit. Car a l’heure du téléchargement massif, les maisons de disque tentent de se rattraper en publiant de plus en plus des produits d’une qualité exceptionnelle et a des prix très attractifs. Et cette réédition du LIVE AU CASINO DE PARIS ne le démentira pas.

Le Graal ? C’est l’intégrale

Afin de fêter dignement les 30 ans de cet album Live, Mercury Records a fait les choses avec grand soin. D’abord, avec un format de 25cm X 25cm, l’objet est tout bonnement magnifique. A l’intérieur on touche carrément au sublime. Car outre de très belles photos du concert, le livret est surtout augmenté d’autres photos issues des répétitions, puis de commentaires journalistiques riches et variés quant à la naissance de ce projet : Celui de faire revivre sur scène le vaste répertoire de SERGE GAINSBOURG. Citations de Serge lui-même, billets et affiches promotionnelles de l’évènement. Tout ça contribuera à vous replonger dans vos propres souvenirs.

La vraie plus-value de cette édition “Super Deluxe” réside dans cette appellation justement. Super Deluxe. Voyez plutôt:
- Livret 14 pages en papier glacé (notes divers).
- Concert dans son intégralité (soit plus de 2 heures de concert et 7 titres inédits).
- Les 2 CD comme le DVD ont été entièrement remasterisés a partir des multipistes originaux.

Ce qui est absolument bluffant ici, c’est de mesurer à quel point un mixage peut altérer ou au contraire révéler toutes les subtilités de la musique jouée. Comme expliqué dans le livret (en tout petit !!!), la prise de son batterie a, par exemple, été complètement revue. La caisse claire par exemple (assez envahissante a l’origine), en se voyant rééquilibrée de cette manière, donne à l’ensemble un rendu général bien plus naturel et généreux. C’est bien simple, la guitare de Billy Rush renait tout simplement à mes oreilles. Et que dire de la basse moelleuse de Tony K ? Fraichement débarqué de chez David Bowie. Une merveille ! Son solo nous est ici enfin offert dans son IN-TE-GRA-LI-TE !!!


Serge et son bassiste Tony K
Débarqués, eux aussi, de chez David Bowie, les chœurs de George et Steve Simms sont également une complète redécouverte. Oui Messieurs Dames, nous avons nous aussi en France des “ingés son” de tout premier plan. Dominique Blanc-Francard assisté de son frère Hubert en sont d’évidence d’éminents représentants. Le son est d’une telle pureté que je me suis même surpris a entendre crisser la pierre du briquet Zippo de Serge a un moment du spectacle.
Tout du long, l’équilibre entre les instruments est d’une telle perfection que j’ai tout simplement redécouvert cet enregistrement de fond en comble.

Petites variations sur les mêmes thèmes

Il est à noter que les plus avertis remarqueront assez vite que, du fait d’un concert restitué dans son intégralité, certains morceaux sont aujourd'hui agencés de manière différente. Lors de la première écoute cela m’a quelque peu désorienté. Tout au plus. De même, le concert en DVD offre en quelques occasions des versions alternatives. Si rares soient-elles, on appréciera à des degrés divers les deux versions du très beau “Dépression au-dessus du Jardin”. Ma préférence allant incontestablement a celle de la version CD. Le solo batterie de Tony Smith (John Mc Laughin, Lou Reed) est également assez différent entre la piste DVD et celle du CD. A l’inverse celle du DVD est bien mieux d’après moi.

Avis aux amateurs: Si vous aimez la poésie de GAINSBOURG autant que la “déconnade” de GAINSBARRE, alors cette réédition de ce LIVE AU CASINO DE PARIS est à ne surtout pas manquer. Et au prix ou elle est vendue ici ou là, se serait là une grossière erreur que de vous en priver.

Set List

1.   Love On The Beat
2.   Initials BB
3.   Harley Davidson
4.   Sorry Angel
5.   Aux Armes et Caetera *
6.   Nazy Rock
7.   Des Laids Des Laids *
8.   Ballade de Johnny-Jane
9.   Bonnie And Clyde
10.Vieille Canaille
11.I’M the  Boy
12.Docteur Jekyll et Monsieur Hyde *
13.Lemon Incest (extrait)
14.Mickey Maousse (histoire salace)
15.La Nostalgie camarade *
16.Kiss Me Hardy *
17.Dépression Au-Dessus du Jardin
18.My Lady Héroine
19.(histoires bien dégeu) *
20.Je suis venu te Dire Que Je M’en Vais
21.L’Eau A La Bouche
22.Lola Rastaquouère
23.(présentation des musiciens) *
24.Marylou Sous La Neige
25.No Comment *
26.Hmm Hmm Hmm *
27.Harley David Son Of A Bitch
28.La Javanaise
29.Love On The Beat (reprise) *
* Inédit

Les Musiciens:
  • Billy Rush: Guitare
  • John K: Basse
  • Tony “Thunder” Smith: Batterie
  • Gary Georgett: Claviers
  • George et Steve Simms: Chœurs
  • Stan Harrison: Saxophone



5 commentaires:

  1. Alléchant ! Mon vinyle d'origine a tellement tourné que l'on voit au travers !

    RépondreSupprimer
  2. Billy Rush, guitariste de Southside Johnny and The Asbury Jukes. A fait aussi le mercenaire chez Halliday. Ça a dû le changer.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne te contredirais pas Shuffle. J'ignorai que Billy Rush avait aussi joué avec Johnny. Quelle période ?
    J'avais lu quelque part qu'il avait complètement arrêté la musique depuis plusieurs années.

    Pat, si tu as usé a ce point là ton vinyle, je n'ose imaginer le plaisir que tu vas prendre avec cette édition. Tu vas le redécouvrir entièrement je te le garantie. Je l'ai personnellement acquis pour moins de 30 euros. Hallucinant !

    RépondreSupprimer
  4. Incapable de dire la période. Je l'ai vu il y a assez longtemps (par hasard, hein, attention) dans une vidéo live d'Halliday).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum hum... tu cherchais une vidéo de JJ Holiday (des Imperial Crowns) et pis oups, une malheureuse erreur de frappe, et te voilà sur le chanteur belge. C'est rare, mais ça arrive. Mais c'est rare.

      Supprimer