samedi 8 juin 2013

Sergiu CELIBIDACHE : 4ème symphonie de BRUCKNER "Romantique" – par Claude Toon



- La photo de ce monsieur est en noir et blanc M'sieur Claude… heuuu, un musicien mort depuis... heuuu longtemps ? Ou c'est la photo qui… enfin…
- Oui et non ma p'tite Sonia, Sergiu Celibidache est mort en 1996 à 84 ans, l'un des artistes les plus énigmatiques et hors norme jamais évoqué dans ce blog…
- Ah bah, quand on a l'habitude de vous lire et de rencontrer d'autres artistes déjà hauts en couleur, il devait être grandiose ce chef… Sympa ou despotique ?
- Sympa ?! Haha Sonia. Despotique jusqu'à l'absurde, humiliant ses musiciens, mais les poussant au bout de leurs talents au service de sa vision de la musique, parfois pour le miracle mais pas toujours…
- Et le disque d'aujourd'hui est un miracle alors ?
- À mon sens… oui, mais je dis bien à mon sens, Sergiu Celibidache divise encore beaucoup les mélomanes par son style et sa pensée philosophique…  
- Bigre, j'attends de lire et d'écouter…
- D'ailleurs pour commencer, une citation du personnage à propos de Bruckner :

Pour l'homme normal, le temps c'est ce qui vient après le début ; le temps de Bruckner, c'est ce qui vient après la fin (...) Je suis heureux de pouvoir encore aujourd'hui lire les lignes qu'il nous a laissées.

XXXXXX
1945 : Après l'effondrement du nazisme, Furtwängler et Karajan sont interdits de direction à la Philharmonie de Berlin ! Un jeune chef roumain de 33 ans, Sergiu Celibidache, est chargé de conduire l'orchestre. Il stupéfie le public par sa maîtrise à succéder avec un tel panache aux deux chefs qui attendent la fin de la dénazification. En 1954, Furtwängler meurt. Il faut un nouveau chef permanent. Les musiciens exaspérés par l'autocratie du jeune Celibidache choisiront… Herbert von Karajan pour un contrat à vie. Celibidache est un anti-Karajan, détestant le type nombriliste option jet set, l'hédonisme de l'artiste et, par ailleurs, il abhorre le disque, alors que vient de naître le microsillon. Il a creusé sa tombe de maestro à Berlin. Il vouera une haine tenace envers le chef autrichien jusqu'à la mort…
La carrière de Sergiu Celibidache ne sera pourtant pas de second plan. Il va diriger d'excellents orchestres pendant des périodes plus ou moins longues, pour les principaux : le symphonique de Stuttgart, le national de France au début des 70' et surtout le philarmonique de Munich de 1979 à 1996. Sergiu Celibidache  était l'homme des contradictions. Autoritaire et désagréable, on se bousculait pourtant à ses master class. Les jeunes chefs se faisaient courageusement humilier, tancer, charrier, mais petit à petit, il découvrait un homme doux et humaniste pour qui on ne devait pas tricher dans ce métier, mais servir la musique avant de penser à soi, aux strasses et aux paillettes de la gloire… Il poussera la jeune Zahia Ziouani, femme et algérienne, à tenir le coup face à la misogynie et à la xénophobie parfois de mise dans le microcosme classique. Et elle réalisera son rêve : diriger un orchestre. Ce qu'elle fait actuellement et fort bien… Sergiu Celibidache méprisait le star-system et le manque de respect et d'humilité face aux partitions des compositeurs. Il était un adepte du zen, ce qui explique sans doute ce souci de s'effacer en tant qu'interprète face au compositeur, qui lui, est LE créateur.
Sergiu Celibidache dirigeait essentiellement la musique symphonique allemande, russe et française, pas d'opéra mais de la musique religieuse de concert (messes, oratorios, requiem…). Vous ne serez pas surpris si j'écris qu'il vouait un culte au mystique Bruckner.
Célibidache détestait tous ses confrères pour leur manque de probité musicale (Karajan, on sait pourquoi, Abbado, là on ne sait pas trop… et tous les autres). Par contre, il respectait Otto Klemperer, sans doute parce qu'il se reconnaissait "lui-même en personne" dans la précision exigeante et rigoureuse du chef allemand, qui pouvait, lui aussi, étirer les tempos jusqu'à l'insensé si nécessaire (7ème de Mahler – clic), et prendre toutes les libertés pour interpréter une partition, afin de rendre une polyphonie orchestrale complexe éclaircie et mieux construite, soit plus accessible au public.
Les options interprétatives, l'étirement des tempos en général, ont conduit Sergiu Celibidache à des réussites stupéfiantes : une Mer de Claude Debussy aux rayons X et à la luminosité exceptionnelle. À l'opposé, on trouve des ratages assez dingues comme un Shéhérazade de Rimski-Korsakov d'une heure (au lieu de 40' - clic) où la princesse orientale rampe shootée au clonazepam, et où Sinbad ne s'écrase pas sur les rochers magnétiques. Non, il coule en pleine mer, pris dans les glaces d'une direction sans aucune sensualité.
Il n'existe aucun enregistrement de Celibidache en studio. Le musicien appliquait les préceptes de la phénoménologie husserlienne dont il était adepte. En un mot, pour ce chef, un concert est une suite d'instants musicaux qui n'ont d'impact fort sur l'esprit et la sensibilité de l'auditeur qu'au moment où ils se produisent. Un impact émotionnel unique qui est lié au contexte de l'écoute, à savoir : la façon de diriger certains soirs suivant l'humeur des artistes, l'ambiance et la concentration du public, l'acoustique du lieu. Réécouter sur du matériel électronique avec les déformations du son (distorsions, atténuation des tuttis, etc., déformations même faibles grâce à la HIFI) ruine la magie de ce "phénomène" musical sans passé ni futur. Après sa disparition, sa famille a autorisé la gravure des bandes radio de qualité par les labels Dgg et surtout EMI. Un patrimoine fabuleux de "live" dont une quasi intégrale consacrée à Bruckner (symphonies 3 à 9, Messe en Fa et Te Deum), captée à Munich dans des conditions techniques excellentes.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

En écoutant dans un précédent article sa 5ème symphonie interprétée par Gunther Wand (clic), nous avions découvert Anton Bruckner : un moine laïc entré en musique comme on entre en religion. Organiste de génie, le "rustique" compositeur autrichien voit l'orchestre comme un orgue dont les différents pupitres seraient les claviers et les jeux. Admirateur de Bach et Wagner, il explore l'univers du contrepoint et du chromatisme jusque dans ses ultimes sophistications à travers ses longues symphonies.
Incompris, brocardé pour son côté "paysan", critiqué par les esprits réfractaires à ses innovations, Bruckner va passer sa vie à réécrire ses symphonies pour les faire accepter en concert, en vain pour certaines d'entre elles qu'il n'entendra jamais. Il écrit et réécrit sans cesse ses œuvres. Ses élèves les bricolent, les mutilent… Il existe un nombre d'éditions stupéfiant pour chaque symphonie. Pour la 3ème, c'est 8 ! J'ai 5 enregistrements différents (Bernard Haitink à Vienne, Georg Tintner et Kent Nagano pour la version originale de 1H20, Eliahu Inbal pour la version initiale et Celibidache). Il y de telles variantes, que l'on écoute en fait 5 symphonies distinctes (3.0 à 3.4). Un joli casse-tête pour les musicologues et les imprimeurs de partitions…
Pour la 4ème symphonie, on dénombre 7 éditions différentes écrites et révisées entre 1874 et 1888. Wikipédia a fait un bon boulot de synthèse (ce n'est pas toujours le cas sur ce site) (clic). Donc je ne rentre pas ici dans les détails pointus. C'est l'édition Haas (très aboutie et publiée en 1936), qui restitue la partition dans sa plénitude, que Celibidache a utilisée pour ce concert du 16 octobre 1988 à Munich. La création eut lieu seulement en 1881 sous la baguette de Hans Richter.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orchestration est celle de l'orchestre classique : 2/2/2/2, 4 cors, 3 trompettes, 3 trombones et 1 tuba, timbales et cordes.
1 – Bewegt, nicht zu schnell : la première surprise vient en notant la durée des mouvements sur le livret ! Les tempos seront étirés, portant la durée d'exécution à 1H20 au lieu des 1H05 habituellement rencontrée. Va-t-on s'ennuyer ? Et bien absolument pas car c'est là que les principes musicologiques de Celibidache prennent tous leur sens. (Parfois Bruckner sonne brouillon, limite pompier.) La partition débute par un lointain et joyeux appel de cors soutenu délicatement par un trémolo des cordes qui doit ondoyer, c'est le cas ici. Bois trombones et cordes énoncent les premiers thèmes pour aboutir à un tutti puissant plutôt robuste que tonitruant. Mille petits détails émaillent la mélodie, mais sans aucune vulgarité dans les forte. Bienvenue dans le monde de Bruckner vu par Celibidache.
Lors de ce concert de 1988, dès les premières mesures, toutes les notes jouent un rôle très précis. On retrouve ainsi le désir du maestro d'obtenir une succession de phénomènes sonores fugaces participant à la logique du discours mélodique global. Une simple note sera donc bien un "phénomène", l'élément d'un ensemble (Celibidache était aussi mathématicien). [14'20"] dans cette reprise mystique des thèmes, la fluidité du dialogue entre les bois et les cordes est un exemple frappant de l'esthétique raffinée et de l'équilibre parfait entre pupitres voulus par ce chef. Plusieurs mesures plus tard, les cuivres interviennent, ou plutôt rejoignent la mélodie qui se déploie sans brusquerie. Bruckner, en écrivant ces pages, rêvait du moyen-Âge, dit-on. Il règne comme un mystère brumeux de roman chevaleresque dans ce grand mouvement. Le style Bruckner définitif est déjà présent, un style qui s'affirmera dans la 5ème symphonie à venir, avec ses variations abruptes dans les changements de nuances pianissimo – fortissimo.
Autres caractéristiques : la richesse des motifs et des thèmes (bien plus étendue que dans les formes sonates usuelles) évite les répétitions ennuyeuses, un risque inhérent aux symphonies de grandes proportions. Oui, Bruckner poussait très loin le bouchon pour varier la polyphonie et le contrepoint, une imagination sans limite. Et cela pose bien des problèmes au rédacteur de cette chronique… Comment commenter de telles combinaisons contrapuntiques sans lasser ? Voici juste quelques repères sur les intentions descriptives imaginées par le compositeur qui fut assez prolixe sur le sujet dans ses notes apposées sur ses partitions.
2 – Andante quasi allegretto : Ce sont les traits de violoncelle qui ouvrent le second mouvement, une marche ? Oui et non, je penche plutôt pour la respiration de deux jouvenceaux qui se sont éloignés d'une partie de chasse. Seuls quelques ténus appels de cors témoignent de cette chasse. Une immense douceur règne dans ce mouvement. Là encore, la direction ciselée de Celibidache illumine chaque phrase, distille le mystère de cette scène médiévale aux accents bucoliques et un rien sensuels (ce n'est pas rien d'écrire cela en connaissant l'austérité du pieux Bruckner… et après tout ?!). Ce n'est pas du tout lent au sens propre (je parle de la battue), mais serein, touchant, rêveur. [13'24] Celibidache introduit le développement final avec une élégance et une fluidité confondante. On est à mille lieux des sauvageries tonitruantes dont raffolaient les soudards du IIIème Reich… Trèèès loin !
3 – Scherzo : La chasse revient au galop avec une sonnerie de cors bien allègre. Celibidache exige une certaine sécheresse dans ce passage pour gommer tout effet fanfaronnant. Les mauvaises interprétations dans ce scherzo font les choux gras des détracteurs du compositeur. Il règne un climat bucolique et automnal dans tout le mouvement. C'est court, amusant, une fête de village. L'utilisation des cuivres est tout à fait originale à cette époque par l'importance qu'il leur ait donnée dans l'exposé des thèmes principaux.

4 – Finale : Bruckner n'a pas défini de programme précis pour son imposant final. Imposant comme il le sera dans les 5ème et 8ème symphonies. Celibidache prend vraiment son temps. Il tient à ce que son auditoire ne perde pas une miette de cette prouesse d'écriture, de cette folie de thèmes qui s'entrecroisent, et il a raison. Des trémolos complexes des cordes scandent une sombre marche pendant laquelle clarinettes et cors vont atteindre un premier paroxysme sonore. La musique se fait vraiment héroïque. Wagner n'est pas loin. [2'40] Un thème glorieux se fait entendre. On le retrouvera dans la coda. À partir de là, tout le mouvement se construit sur des leitmotive qui se font les échos des motifs déjà entendus dans les mouvements précédents : ambiance de tournoi, danse villageoise, à chacun de construire ses images. La direction est souple, élégante. Ces passages poétiques cèdent la place dans la structure générale à des péroraisons plus musclées où les cuivres se font virils (chevaleresques ?) et virtuoses. Lors de la première écoute, la coda m'a surpris ! [23'45 ] Je ne l'avais jamais entendue sous cette forme martiale et implacable. J'ai trouvé et lu une transcription pour piano et oui, Bruckner a bien prévu d'achever sa partition par un crescendo ponctué par une série ininterrompue de triolets (il adorait ça les triolets Anton). On n'entend jamais dans les autres interprétations cette échelle vers le point d'orgue, même dans les meilleures recensées. Le dramatisme voulu dans cette marche conclusive en pâtit sérieusement. Celibidache nous prend aux tripes. Ce sont les cordes qui impriment ce rythme sur lequel, un à un, les thèmes conclusifs vont gagner en puissance jusqu'à la déclinaison titanesque aux cuivres du thème initial. Ne serait-ce que pour ces quelques minutes, un concert et un CD de référence. Le CD seul est issu de l'intégrale parue en 1998 au prix fort. Cette intégrale a été réédité il y a peu, en coffret cartonné à un prix minimaliste pour un tel monument (EMI).

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Certains mélomanes détestent Celibidache et pensent maniérisme là où je parle de clarté, de lisibilité, de perfectionnisme. C'est une  opinion défendable. La discographie de cette symphonie regorge de versions plus spontanées. Je citerai en premier Karl Böhm à Vienne en 1974 (édition Nowak de 1953 - Decca). Pour la version originelle de 1874, le disque de Eliahu Inbal a été réédité (apex). Enfin, il existe un final alternatif de 1878 enregistré en complément de la symphonie N°00 par Georg Tintner (Naxos), une curiosité.

XXX XXX


L'écoute du CD est disponible sur Deezer, et voici une écoute en continuité. Également une vidéo avec la bande son d'un concert de 1993. [1h15'10"] : la coda du final, quelques minutes de pur bonheur… Enfin, une seconde vidéo de répétition par Celibidache et d'extraits de concert du 3ème mouvement de la symphonie N°9 de Bruckner. En prime, des commentaires en français sur la vision de son travail de réflexion sur une partition dudit Bruckner, passionnant. On notera les spectateurs nombreux pour une simple répétition… Simple ? c'est vite dit !




+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire